7 conseils au poker Short Stack pour maximiser vos gains

7 conseils au poker Short Stack pour maximiser vos gains

7 conseils au poker Short Stack pour maximiser vos gains

Avatar de Marie Martin
7 conseils au poker Short Stack pour maximiser vos gains

Êtes-vous prêt à améliorer votre jeu de short stack ? Continuer à lire!

Être short stack peut arriver dans n’importe quel type de jeu. Dans des formats comme les Hyper-Turbos et les Spin-and-Go, vous commencez avec un short stack, et dans les tournois, vous vous retrouverez très souvent short-stack.

Alors, plongeons-nous dans 7 conseils qui vous prépareront à ces situations cruciales !

Conseil n°1 : apprenez vos ranges préflop.

Chaque décision que vous prenez alors que vous êtes short stack préflop vaut une grande partie de votre stack total, donc utiliser de solides stratégies d’ouverture et de 3-bet-shoving est essentiel pour le profit à long terme.

Vous pouvez établir ces fourchettes vous-même par essais et erreurs et/ou en étudiant de bons joueurs. Sinon, vous pouvez emprunter des gammes à un professionnel de classe mondiale en obtenant le prochain cours de tournoi d’Upswing – Gagner des tournois de poker avec Nick Petrangelo – qui sortira ce lundi 15 octobre.

Note de l’éditeur : le cours de Nick est accompagné de sa Mastersheet préflop, qui contient plus de 250 tableaux pour 6 profondeurs de tapis différentes. Il couvre toutes les situations préflop courantes afin que vous soyez prêt pour un jeu avec un gros stack, un jeu avec un petit stack et tout le reste. Aperçu du cours ici.

Alternativement, vous pouvez utiliser le Application SnapShovequi vous indique quelles mains ouvrir et sur-relancer (pas de range d’ouverture cependant).

Vous pouvez et devez ajuster vos ranges en fonction de la façon dont jouent vos adversaires. Par exemple, contre des joueurs plus faibles, vous pouvez relancer ou limper avec profit plus de mains que contre un bon joueur. En effet, les joueurs les plus faibles vous puniront rarement si vous jouez trop librement.

Vous devez suivre les ranges préflop jusqu’à ce que vous ayez des raisons de faire autrement, après quoi vous pouvez commencer à mettre en œuvre des modifications dans les ranges pour cibler les erreurs particulières commises par vos adversaires.

Lectures complémentaires : Open-Raising avec un Short Stack expliqué.

Obtenez des conseils professionnels et améliorez vos compétences en tournoi dès aujourd’hui

Doug Polk, Ryan Fee et la star de Twitch Parker « tonkaaaap » Talbot révèlent leurs tactiques et stratégies préférées pour le short stack dans le Tournois section du laboratoire Upswing. Apprenez-en davantage maintenant !

modules de tournoi à pile courte

Entrez dans le laboratoire aujourd’hui >>

Conseil n°2 : Portez une attention particulière à la taille effective de la pile.

La « taille effective du tapis » est la quantité minimale de jetons devant un joueur impliqué dans une main.

Lise aussi :  https://www.techopedia.com/gambling/craps

Il est important de rester conscient de la profondeur de votre stack et de celui de vos adversaires afin de pouvoir ajuster votre stratégie en conséquence.

Jetez un œil à ce court exemple :

Taille du stack du joueur A : 50 $;

Taille du stack du joueur B :20 $;

Taille du stack du joueur C :50 $.

Joueur APoste une petite blind de 1 $

Joueur BPoste un Big Blind de 2 $

Joueur CRelance au bouton à 4 $

Dans cet exemple, le tapis effectif est de 20 $ et les blinds sont de 1 $/2 $, et le joueur C a relancé au bouton à 4 $ (une taille de relance typique dans cette situation).

Si vous étiez le joueur A avec A UNquelle taille de 3-bet devriez-vous utiliser ?

Cliquez sur « Afficher la réponse » lorsque vous êtes prêt à recevoir la réponse.

Il y aura de nombreux autres moments où la taille du tapis de vos adversaires devra modifier soit la taille de votre relance, soit votre action. Déterminer quand mettre en œuvre ces changements subtils vous donnera une petite augmentation du taux de victoire.

Conseil n°3 : pensez à la jouabilité postflop.

La « jouabilité post-flop » correspond à la façon dont votre main atteint différents flops et à la manière dont elle sera jouée à partir du flop.

Ceci est particulièrement important dans les formats short stack car souvent, après une relance préflop, la profondeur du tapis est trop courte pour manœuvrer beaucoup après le flop. Cela signifie que vous serez généralement all-in soit au flop, soit au tournant.

Lorsque vous êtes short stack avec une main qui jouera mal postflop, mais qui sera probablement la meilleure main préflop, le jam pourrait être l’action la plus appropriée. Cela vous permet de réaliser toute l’équité de votre main et d’éviter des décisions difficiles après le flop.

Lise aussi :  Les patrons du poker abandonnent GTO ? (Analyse du pot de 26 229 $)

Des exemples de telles mains incluent les petites mains de hache dépareillées et les petites paires de poche (22-55).

En bloquant les mains qui jouent mal postflop mais qui profitent par rapport à la range de call de votre adversaire, vous simplifiez vos décisions et réalisez un jeu plus rentable.

Mais assurez-vous de jouer ce jeu uniquement lorsque la profondeur est inférieure à 20 BB. Ce qui m’amène au conseil n°4 :

Conseil n°4 : Ne faites pas tapis pour trop de grosses blinds.

Cela peut sembler une bonne option de faire tapis pour 25bbs en position médiane avec une main comme A♠ 5. Cependant, le rapport risque-récompense offert par un tel jeu est faible : vous gagnerez généralement un petit pot ou en perdrez un gros.

Au lieu de cela, le jeu optimal consiste à s’en tenir à des relances de taille plus standard, ou à se coucher lorsque l’on détient une main plus faible et/ou que l’on s’attend à ce que les autres joueurs 3-bet fréquemment. Cela permet d’économiser notre stack pour de meilleurs emplacements et des mains plus fortes.

Conseil n°5 : Ne soyez pas timide.

Une erreur fréquente commise par les joueurs inexpérimentés est de devenir trop passifs à des profondeurs de tapis plus courtes. Ces joueurs couchent presque tout, en attendant une main premium pour doubler leur stack.

Désormais, jouer serré peut être la bonne stratégie dans certains cas, notamment sur les bulles d’argent des tournois. Mais jouer trop serré et trop souvent vous fera perdre plus de jetons que si vous essayiez activement d’en gagner.

La même chose s’applique au limp sur le bouton. En règle générale, n’essayez pas de faire cela. Si vos adversaires voient que vous limpez trop et supposent que vous le faites avec des mains faibles, ils peuvent facilement vous voler votre limp en vous isolant.

Au lieu de cela, vous devriez relancer avec l’intention de gagner les blinds ou de tirer profit des call.

Une dernière façon de jouer trop serré alors que vous êtes short stack est de sous-défendre face au big blind.

Vos adversaires peuvent relancer avec profit avec une très large gamme de mains si vous vous couchez trop souvent depuis le big blind. Leur permettre de remporter une grosse blind gratuite à chaque orbite revient essentiellement à leur offrir une augmentation de 5 % (ou plus !) de leur stack.

Lise aussi :  Arrêtez de saigner de l’argent dans les pots à 3 mises (jouer contre un C-Bet au tour manqué)

Afin d’empêcher vos adversaires d’abuser de vos blinds, défendez-vous en suivant ou en relançant une range de mains décente.

Conseil n°6 : Ne choisissez jamais d’être short stack.

Cette astuce s’applique aux formats tels que les cash games et les tournois avec modules complémentaires, où vous avez la possibilité de vous inscrire pour un prix inférieur au maximum.

Assis à un cash game que vous devriez vouloir battre chaque adversaire. Choisir de s’asseoir avec moins que le maximum réduit vos chances de le faire. Cela peut vous empêcher de jouer correctement et de faire pression sur des adversaires dotés de tapis comparables ou plus grands. En bref, cela signifie que vous laissez sur la table de l’argent que vous auriez autrement pu gagner auprès de joueurs plus faibles.

Il y a cependant des moments où rester court est une bonne idée. À savoir:

  • Lorsque vous tentez une chance dans un jeu à enjeux plus élevés et que vous souhaitez réduire votre variance.
  • Lorsque les joueurs les plus forts du jeu sont profonds et que les joueurs les plus faibles sont courts.

conseils de poker courts

Conseil n°7 : Attendez-vous à des variations et préparez votre bankroll en conséquence.

Le poker short stack peut vous laisser un avantage moindre que les formats deep stack, mais cela est généralement compensé par le fait que vous pouvez jouer beaucoup plus de mains dans le même laps de temps.

skieur graphique perdant short stack

Un avantage moindre s’accompagne d’exigences de fonds plus élevées. Les formats short stack comme les Hyper-Turbos et les Spin-and-Go nécessitent plus de buy-ins que les autres formats. Ne pas en tenir compte peut entraîner la disparition même d’un joueur très compétent. Il est donc important de savoir de combien de buy-ins vous aurez besoin pour le format que vous avez choisi.

(Vous pouvez apprendre les bases de la gestion de votre bankroll ici.)

Conclusion

Le temps passé à étudier le jeu efficace du short stack entraînera des gains de connaissances et une augmentation de votre taux de victoire.

Mais comme toujours, étudier ne remplace pas jouer.

Alors allez-y et essayez par vous-même quelques formats courts empilés ! Et bonne chance!

Short testé au combat et Tactiques Deep Stack avec le Laboratoire de reprise

Notre équipe de professionnels de classe mondiale révèle comment ils surbet, utilisent des bloqueurs, abordent des pots multiway et bien plus encore dans ce cours de formation de poker acclamé.
Apprenez-en davantage maintenant !

En savoir plus sur Upswing Poker :


Category:

Avatar de Marie Martin

Marie Martin est une blogueuse parisienne passionnée par le monde du poker, mêlant stratégie et psychologie du jeu dans ses écrits. Diplômée en économie, elle applique ses connaissances analytiques pour explorer les nuances du poker et partager des conseils avisés avec ses lecteurs.

RECENT POST


RECENT COMMENT